L'actualité immobilière de l'agence Mobili Immo
26 fév

Le point sur le marché immobilier à Issy-les-Moulineaux !

AdobeStock_103506806

Avec presque un million de logements vendus en 2017 sur le marché immobilier hexagonal, l’engouement retrouvé pour la pierre a engendré une hausse des prix au m² de + 4,2 % entre 2016 et 2017 avec, pour une fois, non pas Paris, mais Bordeaux en tête de classement. Logiquement, le pouvoir d’achat recule partout. Cette année, le dynamisme des ventes devrait perdurer, et la hausse des prix devrait être plus modérée… Tour d’horizon.

Et alors qu’en décembre les taux actés se sont établis à 0,89% sur 10 ans, 1,22% sur 15 ans, 1,42% sur 20 ans et 1,70% sur 25 ans, les professionnels prévoient une hausse des prix modérée en 2018 : + 2 % envisagés…  » Si les acquéreurs se raréfient, les vendeurs seront eux aussi obligés de faire un geste « , explique Philippe Taboret, de Cafpi. En 2017, la progression des prix n’a pas été aussi spectaculaire que certains l’ont dit : l’Ile-de-France a été la région qui a enregistré le plus fort taux de hausse en un an : + 5 % (4 276 € / m²), alors que la province affiche une courbe de + 3,9 % (2 188 € / m²). Bordeaux est sans surprise la ville où les prix ont le plus augmenté : + 7,7 %. Paris arrive en deuxième position avec + 6,5 % : le prix de vente au m² passant à 9 228 € dans la capitale.

Après près d’une décennie de morosité, entre 2008 et 2016, le marché retrouve son dynamisme, avec un nombre de ventes global atteignant 986 000 en 2017 (contre 845 000 en 2016).
En l’espace de 3 ans (2015 à 2017), les ventes ont fait un bond de 300 000 unités supplémentaires dans l’année, soit une progression de 42 % (48 % en Île-de-France et 41 % en province). Sur 10 ans, la progression s’établit à 22 % sur la France entière et à 13 % et 24 % en Île-de-France et en province.

C.V. / Bazikpress © Eisenhans

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée